Projet « Rôles gascons , 1317-1468 »

Pendant la plus grande partie de la fin du Moyen Âge, le Sud-Ouest de la France (Aquitaine) était sous autorité anglaise. Chaque année à partir de 1273, l’administration royale anglaise établissait un rôle (rouleau) gascon, avec la copie d’un grand nombre d’affaires et mentionnant beaucoup de personnes et de lieux. Cela continua jusqu’en 1468, même après la perte des territoires gascons par les Anglais en 1453. The National Archives conservent aujourd’hui les rôles à Kew dans la série C 61.

En 2009 commença un projet pour éditer en ligne les calendars (analyses) de ces rôles. Il était financé par l'Art and Humanities Research Council (AHRC) et a été dirigé par Malcolm Vale (Oxford), Paul Booth (Liverpool) et  Paul Spence (Department of Digital Humanities, King’s College de Londres). Pendant cette phase, les calendars du règne d’Édouard II, et pour de nombreuses années à partir de la première moitié du règne d'Edouard III, ont été versés sur le site.

En 2012, le financement obtenu du Laboratoire d’Excellence LaScArBx, de la Banque numérique des Savoirs d’Aquitaine, du Château Ausone (Saint-Émilion) et de Jonathan Sumption a permis de continuer et de prévoir d'intégrer une interface en français, sous la coordination de Francoise Lainé -puis de Frédéric Boutoulle- (U. de Bordeaux _Montaigne) et de Paul Spence.



Des bouteilles neuves pour du vin vieux : l'avenir digital de la Gascogne anglaise (1360-1453) .

La fondation Leverhulme a accepté de financer un projet de deux ans à partir du 1er mai 2013, sous la direction d’Anne Curry (U. de Southampton), de Philip Morgan (U. de Keele) et de Paul Spence (King’s College de Londres). Il implique la coopération active des membres de l’UMR 5607 - Ausonius (U. de Bordeaux-Montaigne). La recherche associe Simon Harris, Guilhem Pépin - l'ancien par Nigel Coulton, paléographe qualifiée et latiniste, et ce dernier étant aidé bénévolement par Françoise Lainé, professeur émérite de l’Université de Bordeaux-Montaigne - et l’équipe du Department of Digital Humanities (King’s College de Londres), c’est-à-dire la plupart des partenaires actifs depuis 2009.

Le projet Leverhulme commence en 1360, lorsque la Couronne d’Angleterre reçoit la souveraineté sur le duché d’Aquitaine, à la suite des succès d’Édouard III dans la guerre de Cent ans. Cela en faisait une possession de la couronne comparable à l’Irlande. Même après les revers anglais, à partir de 1369, la Gascogne, cœur du duché, resta possession anglaise jusqu’en 1453, date de sa conquête par Charles VII et événement qui marque la fin de la guerre de Cent ans. S’agissait-il du premier empire anglais ?

Le projet combine l’analyse historique de ce phénomène “proto-impérial” avec une recherche sur la modélisation numérique, l’analyse et la présentation des textes médiévaux. D’où le titre « Du vin vieux » (la Gascogne étant la principale source de vin pour l’Angleterre) « dans de nouvelles bouteilles » (tout ce que l’on peut faire de passionnant avec les humanités digitales).

En associant historiens et spécialistes de l’érudition en version numérique, le projet vise un large public international, grâce à une approche multidimensionnelles combinant, textes, cartes, images et interprétations. Il en découlera de nouvelles normes et de nouveaux outils d’édition des sources historiques promouvant le partage et le remploi des données par d’autres programmes historiques de par le monde.

L’avenir

Grâce aux divers financements, le site finira par héberger les calendars de tous les Rôles gascons entre 1317 et 1468 (C61/72 à C 61/144), ainsi que les transcriptions et traductions d’une sélection de rôles et d’entrées.

Chaque calendar s’accompagnera des images digitales en haute résolution du rôle original, fournies par The National Archives (TNA), et comportera aussi une introduction, un apparat de notes, des index et outils de recherche multicritères. On fournira aussi des articles sur le contexte, les personnages, lieux et aspects thématiques de l’histoire de la Gascogne à partir des Rôles.

L’intégration opérée au cours de la première phase du projet, entre édition digitale et structure de publication, recevra de nouveaux développements pour incorporer un traitement géospatial, une visualisation innovante de données extrêmement structurées et faciliter les connexions avec d’autres projets historiques de digitalisation, et pour envisager de nouveaux usages et plateformes d’édition.